Stratégie française 2020-2030 en réponse à la recommandation européenne sur les Roms

Une recommandation du Conseil de l’Union européenne du 12 mars 2021 pour « l’égalité, l’inclusion et la participation des Roms » demande à chaque État membre d'adopter une stratégie pluriannuelle 2020-2030.

Les autorités françaises ont envoyé la stratégie nationale à Bruxelles début février.


Par Manuel Demougeot, directeur de cabinet de la Dihal et du pôle "Résorption des bidonvilles"


Cette stratégie pluriannuelle 2020-2030 est structurée autour de trois objectifs ambitieux :


1. Lutter contre l’"antitsiganisme" ou racisme anti-roms

2. Améliorer les conditions de vie et l’inclusion des gens du voyage

3. Accélérer la résorption des bidonvilles où vivent des ressortissants intra-européens en situation précaire


En France où le ciblage ethnique des politiques publiques n’est pas permis, la définition des populations roms donnée par l’Union européenne* recouvre deux types de populations : les gens du voyage, citoyens français au mode de vie nomade ou semi-nomade (entre 350 000 et 500 000 personnes) ; les populations originaires d’Europe centrale et de l’Est vivant dans des campements et bidonvilles (environ 13 000 personnes aujourd’hui).


De façon inédite, la stratégie définit et désigne clairement la forme spécifique de racisme dont ces populations sont l'objet, et propose des mesures pour le combattre.


Sur la question des bidonvilles où vivent des citoyens européens s’établissant dans des États membres autres que leur pays d’origine (ou y séjournant temporairement), la stratégie se décline en actions concrètes privilégiant l’accès à l’autonomie de leurs habitants et leur insertion sociale en France ou dans d’autres pays de l’Union européenne, tout en traitant les questions de sécurité et d’ordre publics avec pour objectif à dix ans la disparition durable de l’ensemble des bidonvilles existants à ce jour.


Pilotée par la Dihal, en lien avec le Secrétariat général aux affaires européennes, l’élaboration de la stratégie française a fait l’objet d’une concertation avec les parties prenantes (administrations d’État, collectivités territoriales, société civile, personnes concernées, Commission nationale consultative des gens du voyage (CNCGDV), Commission nationale de la résorption des bidonvilles). Sa mise en œuvre sera suivie sur la base d’une série d’indicateurs de résultats ou d’activités, avec remise d’un rapport annuel.





* Aux termes de la recommandation, « le terme générique de « Roms » englobe les personnes d’origine rom les plus diverses, telles que : les Roms, les Sintis, les Kalés, les Romanichels, les Bayaches/Roudars. Il englobe également des groupes tels que les Ashkalis, les Égyptiens, les Yéniches, les Doms, les Loms, les Roms et les Abdals, de même que les « Voyageurs », comprenant les Travellers ou les populations désignées sous le vocable administratif de « Gens du voyage », ainsi que les personnes qui se désignent elles-mêmes comme gitans, tsiganes ou tziganes, sans nier les caractéristiques particulières de chaque groupe. »

https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32021H0319(01)&from=PT



Pôle Résorption des bidonvilles

Délégation interministérielle à l'hébergement

et à l'accès au logement

Grande Arche de la Défense

92 055 LA DEFENSE Cédex